Contre Worcester, il faut relever le gant.

Contre Worcester, il faut relever le gant.

23 November 2019 0 By Radiolympiquetv

Ce samedi 23 novembre, nos Olympiens jetteront le gant aux anglais de Worcester Warriors pourle round 2 de la Challenge Cup.

La ganterie est dirigée par le Sud-Africain Alan Solomons (Directeur du Rugby), Rory Duncan (Manager), Meffie Davie (les avants et la mêlée), Neil Doak (les arrières et l’attaque) et Omar Mounrimne (la stratégie et la défense).

Cette année, les Bleus et Jaunes ont des produits nobles cosmopolites (l’anglais Pennell, l’américain Taufete’e, l’écossais Weir, le sud-africian Hougaard et le samoan Fidow) et des jeunes (Butler, David, Dodd, Hearle, Hill, Lawrence, O. Morris, Scully, Shillcock, Simpson). Ils ont quand même perdu de la matière : Denton, O’Callaghan, Potgieter, Denton, Stringer, Olivier et Te’o.

En Europe, les Warriors ont ces unités de mesure : 82 opérations (47 succès, 2 nuls, 33 revers), 10 cousus brossés (victoires à domicile), 1 nul et 23 cousus main (défaites extérieures).

En Gallagher Premiership Rugby, ils sont classés 7ème avec 2 échecs (Northampton et Exeter) et 2 triomphes (Leicester et Harlequins). Nous pouvons déterminer leur taille (6 essais marqués) et leur pointure (11 encaissés).

L’atelier possède des modèles : Carey, Taufete’e, Palframan, Miller, Bresler, G. Kitchener, Mama, Lewis, Hill, Van Velze (capitaine), Hougaard, Weir, Nanai, Humphreys, Beck, Venter et Pennel.

Leurs savoir-faire sont les ballons portés (490), un jeu rapide, les passes (573) qui sont souvent main-main, des ballons éjectés rapidement par leurs neufs (Hougaard, Heaney ou Shillcock) afin de permettre à la ligne arrière de faire des déchirures et des différences. A l’heure actuelle, ils sont très distingués, c’est la 2ème équipe du championnat dans  le nombre de passes et de ballons portés.

Ils ont aussi de la matière extensible et de la souplesse sur les touches avec Bresler, G. Kitchener et Hill.Parfois, leurs doigts se raidissent : ils en échappent au moins une  par match.

Certes, leur croûte de cuir (pack) est solide et leur permet ainsi d’avoir du confort pour poser leur jeu. Mais, si elle est face à une certaine résistance, l’épaisseur se désagrège.

La ceinture défensive est calibrée par Annett, Bresler, Du Preez, Hill, Kitchner et Lewis. Les spécialistes de la découpe (les turnovers) sont Hill, Mama et Du Preez. Le jeune Hill est la véritable valeur ajoutée grâce à son physique, son attitude et sa maturité. Néanmoins, leur couture a déjà pété à 13 reprises, même les Russes l’ont fait 2 fois.

Ils ont des tanins de qualité dans le jeu au pied avec le demi d’ouverture Weir : 33 points cette saison (9 pénalités et 3 transformations) et c’était le 2ème buteur du championnat 2018/2019 avec 204 points. Sous pression, il peut lâcher la bride (1 carton jaune).

L’arrière Pennel est celui qui les fait avancer : 1 372 mètres gagnés en 2018/219 (3ème joueur du championnat). Depuis 2007, il est devenu très en vogue au sein du groupe : 200 matchs dont 30 dans la Challenge Cup, tout comme le 3ème ligne Matt Cox. Sur le marché européen, il peut aussi assurer les rôles de convertisseur et de finisseur : 62 points dont 9 réalisations.

Enfin, ils ont 15 finitions (6 en championnat et 9 en Challenge Cup) avec les maître-gantier Humpreys et Shillcock (3 chacun). La jeune sensation, l’ailier Hove, a lui aussi patiné les lignes d’en-but adverses (3 essais en Premiership Rugby Cup). Et je n’oublie pas la fleur sud-africaine Hammond, c’est une doublure extensible à l’arrière, au centre ou à l’aile, qui marque des points (10 œuvres dans ce tournoi).

Les éventuels défauts réglementaires seront jugés par Sean Gallagher (arbitre), Nigel Correll et John Carvill (touche) et Leo Colgan (vidéo).

Après leur consécration en Russie, les Warriors voudront renouveler le parcours de la saison passée : un seul match de poule perdu et une qualification pour les ¼ (ils ont été éliminés par leurs voisins, les Harlequins).

Après leur insuccès en terre Galloise, les Castrais doivent mettre les gants de la victoire pour exister encore dans cette compétition. Ils doivent être souples comme un gant en attaque et bénéficier de l’arrivée de Worsley pour rendosser leur manteau de la défense, qui leur va comme un gant. Ainsi, les Olympiens pourront retourner les anglais comme un gant.

Dans cette poule 1, les russes de l’Enisei-STM recevront les gallois de Dragons Rugby.

Article Zaza Photo illustration Icon sport (tous droits réservés)